Témoignages Abonnés

Confinement: vos témoignages !

Poème : septième semaine de confinement

Encore une semaine et ça devrait être bon !

A moins qu’après un temps il y ait un rebond.

Nous sommes très nombreux à en avoir vraiment marre

De ce que certains ont vécu comme un cauchemar.

 

Beaucoup ont cependant aimé avoir du temps,

Rester cool et pouvoir profiter du printemps.

Jouer, aider et accompagner leurs enfants

Dans les devoirs envoyés par les enseignants.

 

Le déconfinement des écoles tourne au casse-tête,

Pour que, jamais au grand jamais, nulle gouttelette

Ne puisse se jouer des barrières et des contraintes,

Et voir les directives du ministère enfreintes.

 

Edicter trop de règles et d’obligations

Risque d’instaurer de multiples complications,

Empêcher les parents de reprendre le travail

Et plonger le pays dans une plus grande pagaille.

 

Trouver le compromis entre les précautions

Pour la santé sans sombrer dans la récession !

Que les départements soient marqués verts ou rouges,

Espérons que l’activité enfin rebouge !

 

Cette période confinée aura été unique

Dans nos vies privées et celle de la République.

Que désormais la Belle au Bois Dormant s’éveille !

Il sera toujours temps de compter les séquelles.

 

 

Michel D

Poème : sixième semaine de confinement

11 mai ne rimera pas avec : « Comme il te plait ».

Le déconfinement ne sera pas complet.

Nous avons compris qu’il faudra un bout de temps

Avant de retrouver la belle vie comme avant.

 

Il reste deux semaines, on ne fait plus que parler,

Débattre et discuter des bonnes modalités

Qu’il faudrait dans les écoles pour se protéger,

Afin d’empêcher le virus de prospérer.

 

Les enseignants sont contre, pour la sécurité,

Les parents prêchent, avant tout, pour leur liberté,

Les enfants attendent de retrouver leurs copains,

Mais personne ne sait comment sera fait demain.

 

Quand donc seront rouverts les bars et restaurants ?

C’est un moment qu’attendent les barmen et clients.

Sans doute faudra-t-il passer par les sanitaires

Avant de pouvoir chanter et lever notre verre !

 

Heureusement qu’il y a des vidéos pour rire

Pour que l’enfermement ne vire pas au pire.

Voir Trump proposer le nettoyage aux UV

« Allez, la javel, contre le virus, buvez ».

 

L’humour nous fait du bien, partagé entre amis.

La joie de rigoler, ça reste une bonne manie,

Surtout quand on fête de l’hôpital une sortie.

Avant d’espérer être enfin tous réunis.

Michel D.

Poème : cinquième semaine de confinement

Il nous reste encore trois semaines et c’est bien long

Les enfants, les aînés, il nous faut tenir bon.

Profiter du temps sans être dans la lassitude,

Inventer, garder la positive attitude.

 

Continuons à penser à nos dirigeants.

Ils ont tant besoin de réel discernement

Pour savoir lutter contre le relâchement

Et agencer la sortie du confinement.

 

A ce titre l’exemple de Donald est affligeant.

Attaquer l’OMS est tout sauf convaincant.

Il continue de « trumper » et reste de marbre,

Y compris devant les décomptes les plus macabres.

 

Existent aussi des failles du côté de la Chine.

Du COVID, quelles sont donc vraiment les origines ?

Un labo aurait manipulé le virus.

Le pouvoir chinois nie tout en bloc mordicus.

 

Quelles sont donc les vérités qu’il faut qu’on avale ?

En attendant, jouons à la bataille navale,

Au sudoku ou par écrans interposés,

N’hésitons pas, les jeux de cartes, les mots fléchés.

 

Ce confinement est bourré d’opportunités.

C’est le moment d’apprendre quelques futilités.

Vivre en intimité même sans utilité.  

La période est unique, sachons en profiter.

 

Michel D.

Poème : Quatrième semaine de confinement

A vingt heures hier, nous étions trente-sept millions
A regarder Macron à la télévision.
C’est reparti pour quatre semaines supplémentaires.
Nous ne sommes qu’au milieu, il va falloir s’y faire.
Nous voilà désormais avec un objectif :
On pourra le 11 mai se faire couper les tifs.
Mais attention ça ne sera que progressif
Sinon le virus nous reviendra dans le pif.
Tous les soirs on continue de suivre le score,
Atteint dans tous les pays, du nombre de morts.
Le plus important est celui du nombre de vies
Sauvées, celles de nos familles et de nos amis.
Pour certains, Pâques a été une résurrection,
Ils sortent vivants de cette terrible infection.
Mais dans les EPHAD, cela reste une hécatombe.
5000 déjà, souhaitons que plus aucun ne tombe.
Nous avons tous compris qu’un mois supplémentaire,
Pour préparer la suite, s’avérait nécessaire.
Pour acheter les masques et les tests, il faut du temps,
Ce sont les conditions du déconfinement.
Les images resteront, François seul à Saint-Pierre,
Dans toutes les villes, plus personne sur les grandes artères.
Pourtant le printemps est là, on entend les oiseaux
Dans les nids, dans les bois, l’avenir sera beau.

Michel D.

Mon père incorrigible farceur ! J’avais cinq ou six ans …

Je devais avoir cinq ou six  ans. Dans notre jardin de la rue Saint Michel à Rodez  se promenait une tortue prénommée "Caroline" que ma mère déposait dans un cageot rempli de paille pour la protéger du froid au
début de l'hiver.Un matin de printemps, je sus longtemps après que c'était un premier avril, mon père m'appela visiblement tout excité:" Viens voir, viens voir" Il souleva rapidement Caroline  et j'aperçus sur son lit de paille
trois œufs magnifiques." Chut ne la dérangeons pas ...elle couve "ajouta mon père !Émerveillé par cette nouvelle, je partis aussitôt promettre à mes meilleurs amis  de leur donner un bébé tortue dès leur naissance.
La suite fut plus triste. Les œufs étaient en fait des dragées déposées par mon père. Le pot aux roses découvert, vexé d'avoir été trompé,  j'en gardai rancune à mon père, incorrigible farceur, qui ne reçut pas après cet exploit les félicitations de ma mère.

Michel F.

Mercredi 1er avril, la perle du confinement!….

Mercredi 1er avril, la perle du confinement!....
Intercepté à plus de 140 km/h sur une route départementale, à 2 km de la plage , il tente de faire croire aux policiers, qu’il se rendait à son travail!...
Jean Claude L.

Personne n’a jamais su qui était l’auteur de cette grosse farce ! …

Je me souviens ( j’ai + de 70 ans ), je travaillais dans une Grande Ecole, avoir pu subtiliser une lettre en l’en-tête du service technique de la dite Ecole Universitaire ( je ne veux pas la nommer ) et avoir établi une convocation de tous les responsables de chaque département de la dite Ecole, pour leur annoncer de nouvelles directives du ST.

La convocation était signée ( fausse signature ) par le chef du ST.

Convocation qui demandait à tous ses responsables d’être présents à 10h00 très précises dans le bureau du Directeur du ST.

Tous se sont présentés au rdv !!

Je peux vous dire que j’ai beaucoup, beaucoup ri et était content d’avoir réussi mon coup.

Personne n’a jamais su qui était l’auteur de cette grosse farce.

Seuls quelques anciens bons collègues, au bout de 15 ans, ont été mis dans la confidence lorsque je suis parti de la dite Grande Ecole.

Ils avaient de la peine à croire que j’en étais l’auteur et se souvenaient de ce gros gag qui avait fait le tour de l’établissement !!

A plus…

Rémi V.

J’ai avoué ma supercherie autour d’un apéritif très amical !..

Un jour du 1er Avril je traversais un village aux alentour de Carcassonne et la
lyonnaise des eaux avait ouvert une tranchée pour effectuer des travaux.Ayant un couple d'amis dans ce village, en arrivant à mon bureau, j'ai téléphoné à ces amis et la personne qui m a répondu était l'épouse. En modifiant ma voix, je me suis présenté comme le chef de chantier de la lyonnaise, et j'ai dit à cette personne que nous effectuions des travaux pas loin de chez elle, ce qu elle ma confirmé en me disant :"oui monsieur en allant à la boulangerie ce matin je m'en suis aperçue".

Alors madame voila le but de mon appel :
"-Je voudrais savoir si l'eau de votre robinet coule claire car la fuite que nous avons réparé a pu occasionner des perturbations.
-Une minute Monsieur je vais faire couler l'eau.
Elle revient :

-"Non monsieur tout est parfait
-"Un dernier essai madame car entre temps nous avons mis toute la pression.
-Une minute, non tout est parfait.
-Merci Madame et excusez nous pour ce dérangement. Fin de la conversation."
A 18 h 30 en rentrant du bureau, je passe chez ces amis et pendant la
conversation, je glisse incidemment que des travaux sur le réseau des eaux avait lieu dans le village.
Je suis au courant me répond, la maîtresse de maison, c'est drôlement sérieux dans cette boite, car ils mon téléphoné, pour savoir si j'avais de l'eau claire, j'ai trouvé cela très professionnel.

Vous comprenez que je n'ai pu continuer et j'ai avoué la supercherie autour d'un apéritif très amical.

Jean I.

Voilà un de mes meilleurs poisson d’avril ! …

Je rencontre régulièrement un groupe d'amis où nous prenons régulièrement l'apéritif ensemble ou quelque fois un repas en fin de semaine .

C'était un premier avril j'arrive avec un air déconfit , je salue quelques amis et particulièrement deux jeunes avocats à qui je me confie très discrètement : J'explique : j'ai des soucis avec la justice pour une affaire de mœurs...je dois prouver que la personne était consentante ...bla bla bla ...et nous nous mettons à table ...Je leur demande la discrétion  , ils sont  gênés et me regardent  avec compassion , alors je glisse ma jambe sous la table et soulevant légèrement mon pantalon pour qu'ils voient ,eux seuls , à ma cheville le bracelet judiciaire . Ils sont vraiment bouleversés .
Tous mes autres amis étaient au courant de ma farce , et le repas continue dans une drôle d'ambiance jusqu'à la fin . 
Un des deux avocats ,n'en tenant plus annonce : écoutez : Jean-Pierre a un gros problème , on va tout faire pour l'aider ...
A ce moment là un gros éclat de rire général dépite mes deux amis avocats et je montre ma cheville où j'avais mis le collier anti-aboiement de mon chien !
C'était il y a trois ou quatre ans déjà , nous en reparlons ensemble avec toujours le même plaisir ...
Voilà un de mes meilleurs poisson d'avril .
Jean Pierre L.

1er Avril confiné ! Surprise à nos voisins !..

 
Pour ce 1er Avril confiné,
nous avons fait une surprise à nos voisins,
en décorant notre façade avec des poissons.
Énorme succès.
Olivier F.

Mon poisson d’avril que j’ai diffusé pour tous mes amis sur WhatsApp ! …

 
Je pense que certains ont tenté de verser leur obole !!..   Il fallait décoder l’IBAN et le BIC avant de se lancer !!..
  
 
 
 
 
 
 
Marc F.

Poème : Troisième semaine de confinement

Au terme de trois semaines, nous trouvons le temps long,

Toujours éviter contagion et postillons.

De ce confinement, quand en sortirons-nous ?

De cette période, comment en verrons-nous  le bout ?

 

Apparaissent çà et là des signes de relâchement.

Reconnaissons que de vivre dans les zones urbaines,

Cloisonnés tout le temps, ne peut être évident.

Profiter du soleil est bien sûr une aubaine.

 

Les oiseaux pépiant, volant dans la garrigue,

Le printemps, les beaux jours, voilà une joie intense.

Le plaisir d’échanger, parler même à distance,

Par-dessus les murets, atténue la fatigue.

 

Vivre dans un village, une maison et son jardin

Est une chance, quand on se compare à nos ainés,

Enfermés dans leurs EPHAD du soir au matin,

Empêchés de revoir leur famille bien-aimée.

 

Le COVID 19 est une vraie cochonnerie.

La contagion touche désormais n’importe qui,

Parmi nos connaissances ou de proches amis.

Même les soignants en réa parfois sont admis.

 

Malgré toutes ces épreuves, rejetons la défiance !

Laissons-nous imaginer en pleine espérance !

Ce sera long, mais, pour sûr, au bout du tunnel,

Se trouve un bel avenir et une ère nouvelle.

Michel V.

J’avais 7 ans ! De la graisse de cigale ! …

Mon souvenir du 1er avril c'est quand la voisine m'a demandé lorsque j avais 7 ans d'aller lui chercher à l épicerie du village de la graisse de cigale.

L'épicier m'a envoyé chez le boucher qui m'a envoyé chez l'épicier qui m'a envoyé chez le pharmacien ...J'ai fait toutes les boutiques du village qui s'étaient bien fichues de moi !...

Jocelyne H.

Mes passions

En ce moment, vu la conjoncture, c'est puzzle 1500 pièces déjà 15 jrs dessus
reprise de la guitare avec chants de mon ado (beaucoup de souvenirs reviennent en mémoire)
puis, ma collec de pièces 2 € les commémos
ainsi que lecture, radio, télé, et tout le reste de la vie quotidienne...

Georgette N.

Souvenir d’école : une grande fierté

Souvenir d'école  : c'était a Mostaganem  à l'école Gambetta en Algérie j'ai levé les couleurs début  novembre 1942 . Quelle fierté  pour moi !

Marie-Thérèse L.

Ecole en Lorraine….

je me souviens, en Lorraine, cours de religion en primaire,(obligatoire) classe des filles le samedi matin de 8 à 10 heures
Quelle horreur! Le prêtre de la paroisse (pied noir), revenant d' Algerie, nous interrogeait sur la leçon; leçon non apprise, la régle carrée s'abattait sur le bout des doigts. Ensuite, c'était à genoux sur le sol qu'il fallait copier la leçon; la révolte grondante et grandissante ne s'est pas faite attendre - résultat: désertion de 4 élèves y compris moi
Georgette N

Mon maître d’école à qui je pense souvent …

Nous avions comme maître d'école dans les années 1950 notre instituteur qui était laïc et libre penseur.
Pour ma part avec des copains nous étions enfants de cœur et chaque fois qu'il y avait une sépulture nous avions l'autorisation d'accompagner le prêtre pour l'aider durant l'office et jusqu'au cimetière. Par contre le maître d'école nous laissait y aller, (par force accord église mairie) mais au retour il nous faisait la "gueule" toute la journée, n'empêche c'était tout de même un excellent enseignant à qui je pense souvent, c'est lui qui m' amené jusqu'au certificat d'étude que j'ai obtenu grâce au savoir qu'il m'a donné avec la passion d'un de ses enseignants de l'après guerre .

René P.

Mon meilleur souvenir… Notre expo de mosaïque

Mon souvenir le plus marquant juste avant le confinement c'est l'exposition de mosaïque que nous avions organisé. Et nous attendons avec impatience la reprise de nos cours pour retrouver nos activités et nos amies.e cet exposition mon amie Dany et moi même avons été félicité par notre maire M. RICO pour nos travaux. Mais nous avons l'espoir que bientôt nous pourrons aussi exposer les travaux de nos amies qui elles participent aux groupes de peinture sur porcelaine et aux travaux de patchwork.Nous attendons toutes ce moment de convivialité avec impatience.

Carmen V.

Avec mon amie Jeannette….

Nous étions au collège privé avec mon amie JEANNETTE .Le trajet se faisait en car (2 groupes) Nous faisions partie du second .Un soir nous décidons de partir avec le premier ,mais le chauffeur a refusé .Que faire ? Avec JEANNETTE nous décidons d'aller à la messe qui commençait juste (qu'elle rigolade) .Après la messe pas le droit de traîner dans la rue . On décide de retourner au collège en attendent le 2ème départ . Mais une bonne sœur nous a vu revenir et nous demande d'où on vient. Toutes penaudes on lui dit qu'on vient de la messe . Si fière de nous elle nous a félicitées
quel merveilleux souvenir
Madame V

Nouveau directeur dans les années 60 !

Bonjour
Cela devait être au début de l'année scolaire 1959/1960,nous avions un nouveau directeur depuis la rentrée d'octobre.
Auparavant lorsqu'il pleuvait,les 1/2 pensionnaires (environ entre 300 et 400 élèves) qui déjeunions à la cantine, après le repas,nous attendions la reprise des cours à 14h sous le préau de la cantine,tout en s'amusant et batifolant dans tous les sens. Ce jour là, le nouveau directeur est arrivé et a découvert la joyeuse pagaille.
Sans parler,avec un premier coup de sifflet il nous a fait signe de s'asseoir,nous nous sommes tous assis sans un mot;2° coup de sifflet il a désigné l'emplacement où nous avions l'habitude de nous positionner en rangs par 2 afin de monter au réfectoire,toujours dans le silence le plus total.3° coup de sifflet il nous  dit "montez faire les devoirs",toujours sans aucun murmure,depuis les plus grands de 3° jusqu'aux plus petits de 6°,évidemment.
Cela a été un moment impressionnant dont 60 ans après je me rappelle encore,et bien des années après, j'ai rencontré cet ancien directeur et en avons discuté agréablement,il m'a avoué " cela a bien changé depuis ! "
Monsieur L.